Après de longues semaines sans sortir de la capitale, ça y est, nous partons une journée dans les collines ! Nous avons jeté notre dévolu sur Ijenda, gros village perché dans les collines de l’intérieur du pays, réputé pour ses décors, ses balades et sa facilité d’accès (seulement 1h30 de bonne route goudronnée) !

Comme vous l’avez peut-être déjà appris, Bujumbura est dans la plaine de l’Imbo, le long du lac Tanganyika mais la majorité du pays est composée de collines aux décors et climats variés. La route nous a donc assez vite éloignés du Lac pour monter à l’assaut des collines, quel changement de décor ! Une fois le Lac hors de vue, je me sentais un peu perdu… Ici, plus question d’hippo et de croco, les palmiers sont moins abondants et place aux … conifères !

Arrivés sans embuches au village (toujooouuurs suivre la route),  le comité d’accueil des enfants curieux nous attendaient tout sourire dehors. Après les traditionnels, “Muzungu !”  (“Le blanc !”), omniprésents et quelques “Donne-moi la sucette, le bonbon, la cahier,le …. “(complétez par l’objet de votre choix), nous nous mettons en route pour une petite balade.

Les décors sont incroyablement différents de ceux de la plaine, ici tout n’est que courbes, vallons, vaches, chèvres et compagnie. On se serait cru dans la Comté, chez les Hobbits du Seigneur des Anneaux. Nous étions souvent escortés de près ou de loin par quelques enfants, s’amusant à nous espionner et nous mimer.

Le plus important, ce n’est pas mon blabla mais les photos, voyez par vous-mêmes !

Le grand air et le soleil nous ont clairement fait le plus grand bien ! J’ai pu refaire mon bronzage déclinant (moui, mouiii) et Céline refaire ses “zone’clash” (contractés quelques jours avant à …. un enterrement).

Le choc socio-éco-culturel et le fait d’être tout le temps dévisagé (souvent avec bienveillance) étaient assez fatigants émotionnellement mais sortir de la ville nous a procuré une belle bouffée d’oxygène, d’air frais et de vaches  =) .

Advertisements